Loading...

Episode 2 : j’appelle Protection 24

le principe de la télésurveillance

Vendredi dernier, je me suis décidé.

J’ai appelé Protection 24. Sincèrement, je n’ai pas envie de céder à la peur. D’autant que ce n’est pas vraiment de la peur. Disons une inquiétude. Mais qui m’envahit à tel point que chaque départ en week-end devient vite une galère : c’est tout juste si je ne fais pas demi-tour 3 fois pour vérifier que la porte et les volets sont bien fermés. J’ai donc fini par appeler pour obtenir des infos.

D’abord, le conseiller m’a expliqué que le principe de la télésurveillance, c’est de placer des détecteurs de mouvement à des endroits précis de la maison.

D’où la première question qui consiste à savoir si j’ai un animal de plus de 15 kg. En effet, à partir de ce gabarit, une bestiole fait facilement réagir les détecteurs de présence… Pas de molosse chez nous, la voie est libre. Sinon, on aurait dû opter pour des détecteurs d’ouverture placés sur les portes ou les baies vitrées.

Ensuite, il a fallu que je décrive au mieux la maison pour que le conseiller comprenne la configuration : le mode d’accès depuis la rue, le nombre d’ouvertures de plain-pied, un accès éventuel à l’étage via une terrasse surélevée. Franchement, j’ai été assez bluffé : en deux ou trois questions, il avait dressé le portrait de notre maison et analysé les éventuels points d’accès depuis l’extérieur.

Partant de là, il a établi un circuit type du cambrioleur : passage par le couloir pour accéder aux chambres (dans l’imaginaire du cambrioleur, la commode reste la malle au trésor) ; passage obligé par le salon où se trouvent potentiellement le matériel HI-FI, la télé, l’ordinateur, etc. Logique, quand on y pense. Chez nous, il faudrait envisager un détecteur de passage à chaque entrée et un détecteur avec prise de photos pour la fameuse « levée de doute » qui permet d’envoyer les forces de l’ordre. Celui-ci, il est généralement placé dans le salon.

Et avec tout ça, il faut ajouter la centrale d’alarme. Là, on ne laisse rien au hasard. Mais je dois filer, je vous raconte la suite dans l’épisode 3 🙂

Processing...
Thank you! Your subscription has been confirmed. You'll hear from us soon.
Inscrivez-vous à notre newsletter !
ErrorHere